Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle

du Conservatoire national des arts et métiers

Les rencontres de l'Éducation Artistique et Culturelle - Domaine départemental de la Roche-Jagu - du 8 au 11 septembre 2022

Prélude à une Education artistique et culturelle joyeuse

 

« Les arts, comme les sciences doivent leur naissance à nos vices : nous serions moins en doute sur leurs avantages s'ils la devaient à nos vertus ». Jean-Jacques Rousseau, Discours sur les Sciences et les arts.

 L’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle du Conservatoire national des arts et métiers (INSEAC du Cnam) organise, avec le Conseil Départemental des Côtes-d’Armor, les rencontres nationales de l’éducation artistique et culturelle au Domaine départemental de la Roche-Jagu (22) les 8 et 9 septembre 2022. Ce rendez-vous répond à la volonté des partenaires signataires de la convention de création de l’Inseac d’assurer « la coordination des acteurs de la formation et de la diffusion de ressources touchant à l’EAC » et « la constitution et l’animation d’un réseau visant à fédérer les acteurs de la recherche en EAC ». Il répond à également aux articles 7, 9 et 10 de la Charte pour l’EAC :

« L’égal accès de tous les jeunes à l’éducation artistique et culturelle repose sur l’engagement mutuel entre différents partenaires : communauté éducative et monde culturel, secteur associatif et société civile, État et collectivités territoriales » — Article 7 de la Charte pour l’EAC

 

« L’éducation artistique et culturelle nécessite une formation des différents acteurs favorisant leur connaissance mutuelle, l’acquisition et le partage de références communes » — Article 9 de la Charte pour l’EAC

 

« Le développement de l’éducation artistique et culturelle doit faire l’objet de travaux de recherche et d’évaluation permettant de cerner l’impact des actions, d’en améliorer la qualité́ et d’encourager les démarches innovantes » — Article 10 de la Charte pour l’EAC

 

Pensé comme un temps d’échange autour des questions de formation, de recherche et de ressources en matière d’éducation artistique et culturelle, ce premier rendez-vous ouvert à toutes et tous a pour ambition de réunir les acteurs de l’EAC (professionnels, chercheurs, étudiants, réseaux régionaux et nationaux) autour de la thématique Arts & Sciences. Placées sous la direction scientifique d’Emmanuel Ethis, ces rencontres ont vocation à être le rendez-vous annuel des acteurs de l’EAC, au cœur d’un « lieu-total » de l’EAC : le Domaine départemental de la Roche-Jagu qui accueille l’exposition Anima(ex)Musica – Cabinet de curiosités du XXIe siècle.

Le Domaine départemental de la Roche-Jagu

Château, parc, jardin remarquable, éco-jardin, le Domaine départemental de la Roche-Jagu, situé à Ploëzal dans les Côtes-d’Armor, accueille, autour du château du 15ème siècle, concerts, spectacles, expositions. Les actions à destination des publics du territoire et des visiteurs sont marquées par la volonté de saisir la diversité des types de transmissions du champ des arts, de la culture, des patrimoines architecturaux, matériels, immatériels, faisant du Domaine départemental un « lieu-total » de l’éducation artistique et culturelle.

L’exposition Anima (ex)Musica – Cabinet de curiosités du XXIe siècle est présentée du 7 mai au 2 octobre à La Roche-Jagu. « Les crises environnementales, climatiques et écosystémiques qui nous menacent aujourd'hui sont l'occasion d'une remise en question des rapports que notre tradition culturelle entretient avec la nature. Dans cette perspective, on assiste à un renouvellement de nos conceptions concernant le vivant. A sa manière, Anima (ex) Musica réinterroge et reconfigure les grands dispositifs épistémiques qui distinguent et organisent les activités et les domaines du savoir dans notre tradition : l'art se distingue de la technique qui se distingue de la science, comme la culture se distingue de la nature et l'homme des animaux… Ces distinctions et ces dispositifs sont en réalité des conventions héritées, mais leurs succès, qui ont assuré leur longue domination, ont pu nous faire oublier que tout cela pouvait être configuré autrement, qu'il existait d'autres découpages du réel et des activités humaines. Après quelques siècles de règne, nous commençons à apercevoir que nos succès se transforment en menace, que la place de l'homme dans la nature et dans l'ensemble du vivant doit être reconsidérée. Anima (ex) Musica s'insinue donc dans cet espace critique qui s'ouvre en se présentant comme un projet naturaliste, artistique, technique, musicale, scientifique, plastique, écologique… Autrement dit, en tentant une redistribution et une déstructuration de ces champs et de leurs rapports. Cet aspect foncièrement hybride, fait de croisement, de mélange, de détournement, de recyclage correspond bien au bricolage culturel cher à Lévi-Strauss. Mais il s'agit aussi de rencontre, c'est à dire d'ouverture à l'altérité. C'est pourquoi le collectif réunit un plasticien, un musicien, un technicien, une entomologiste... ». Hervé Le Charlès, professeur de philosophie au Lycée Joseph Savina de Tréguier, Président du collectif Tout reste à faire (exposition Anima (ex) Musica)

L’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (Inseac)

La création de l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (Inseac) au sein du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) répond à la volonté conjointe des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de la Culture et de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, du Conseil Régional de Bretagne, du Département des Côtes-d’Armor, de Guingamp-Paimpol Agglomération, de la Ville de Guingamp et du Conservatoire national des arts et métiers de déployer le premier lieu dédié à la formation, à la recherche à l’animation et la production de ressources en éducation artistique et culturelle (EAC). Implanté à Guingamp, ville 100% EAC, l’INSEAC accueille des étudiants de toute la France et de plusieurs nationalités, en formation initiale et continue, qui se destinent à devenir des professionnels de l’EAC, du bac+1 au Doctorat.

 

Programme

 

Jeudi 8 septembre – Journée d’étude Prélude à une Éducation artistique et culturelle joyeuse -  à l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle

Cette première journée d’étude s’inscrit dans la programmation des Rencontres de l’Éducation Artistique et Culturelle (du 8 au 11 septembre 2022), proposées par l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (Inseac) et par le Conseil départemental des Côtes d’Armor et se déroulera à l’Inseac du Cnam, dans l’ancienne prison de Guingamp.

La préoccupation d’une Éducation Artistique et Culturelle (EAC) n’est pas récente, elle trouve sa genèse dans l'éducation populaire (Fabiani, 2021). Aujourd’hui, l’EAC est une politique culturelle et éducative, officialisée dès 2005 avec la création de son Haut Conseil (HCEAC). Comparée aux mondes de l’art par Emmanuel Ethis (vice-président du HCEAC), l’EAC ne peut exister que par l’engagement de plusieurs acteurs réunis dans une chaîne de coopération au sens d’Howard Becker (2010). Ce réseau est composé d’artistes, d’enseignants, de collectivités territoriales, d’élèves, de familles, de politiques, de chercheurs ou d’institutions culturelles. En interactions régulières, ils partagent des références communes, appelées « conventions » dans les Mondes de l’art, celles précisément qui sont mentionnées dans la Charte adoptée en 2016.

L’EAC ne se limite pas au développement de la créativité des enfants, c’est une découverte pour tous les âges, aux formes plurielles, qui interroge notre rapport sensible à l’espace, au temps, aux outils, mais aussi au monde et à la société. Elle permet de vivre des expériences au confluent de la pratique, de la connaissance et de la rencontre.

Nous vivons dans un monde alimenté par les crises économiques, politiques ou écologiques. Récemment, la crise sanitaire a affecté nos existences et nos pratiques culturelles. Tous les lieux publics jugés à risque fermèrent leurs portes en mars 2020 empêchant de fait, entre autres, les sorties culturelles. De l’école à la maison en passant par les spectacles en ligne, les dispositifs numériques ont permis de conserver un lien avec l’éducation, l’art et la culture. En effet, les établissements scolaires (primaires, secondaires et supérieurs) et les institutions culturelles (musées, festivals...) ont pris des initiatives et mis en ligne des ressources sous formes de podcasts, de vidéos, d’images, afin de combler le temps et le manque (par exemple, en 2020, lors de l’enquête annuelle des publics du Festival d’Avignon, 26% des enquêtés estiment avoir découvert des œuvres ou des artistes grâce à des institutions culturelles et 37% reconnaissent avoir profité du contenu mis à disposition par le Festival d’Avignon comme des captations). L’art et la culture ont ainsi été consommés différemment, à domicile, grâce à la technique et à son appropriation par les utilisateurs. Dans ce contexte, la rupture et la séparation entre culture et science qu’évoque notamment Charles Percy Snow (1959) peut-elle toujours être d'actualité ?

Cette journée d’étude entend rassembler des acteurs de l’éducation, de la culture et de la recherche en EAC ainsi que des politiques publiques autour des trois thématiques suivantes : « L’EAC au temps des crises », « L’EAC à travers ses ressources », « L’EAC à l’épreuve de la culture scientifique ».

--> Répondre à l'appel à communication

 

 

Vendredi 9 septembre : les rencontres de l’Éducation Artistique et Culturelle – Domaine départemental de la Roche-Jagu

11h : Accueil / ouverture des Rencontres de l’EAC par Emmanuel Ethis, vice-président du Haut Conseil à l’Éducation Artistique et Culturelle, et Christian Coail, Président du Conseil départemental des Côtes d’Armor.

11h30 : Paroles de témoins - Les belles histoires de l'EAC, en présence de.s:

- élèves de CE1/CE2 de l'école publique de Ploëzal et leur directrice Nathalie Philippe,

- L'image qui parle, association culturelle artistique et sociale, menant un projet global mêlant territoire/EAC tout au long de la vie (https://www.limagequiparleblog.org)

- l'artiste Véronique Widock et son projet "La Petite nuhé" mis en place en milieu scolaire

12h30-14h : Visite du parc de la Roche-Jagu, jardin remarquable / déjeuner sur place.

14h-15h30 : Conférence tous publics de Bruno David, Président du Muséum national d’histoire naturelle, sur le thème de la biodiversité en discussion avec David Guillerme, Délégué Académique à l’Éducation Artistique et à l’Action Culturelle au Rectorat de Rennes.
Bruno David est un naturaliste français spécialisé en paléontologie et en sciences de l’évolution et de la biodiversité, président du Muséum national d'Histoire naturelle depuis septembre 2015.

16h30-18h : Causeries entre David Wahl et Emmanuel Ethis : http://davidwahl.fr/ (ouvert au public)
David Wahl, artiste associé à Océanopolis, Centre national de culture scientifique dédié à l’Océan, a pour habitude de lier ses œuvres, recherches et créations à des enjeux de culture scientifique, technique, industrielle et de société.
Dans son texte La Visite curieuse et secrète, texte écrit puis créé lors d’une résidence immersive à Océanopolis, David Wahl prend comme point de départ sa rencontre avec un pensionnaire de la manchotière, Dominique, un manchot royal sauvé par une couveuse artificielle. Point de départ d’une heure de narration zigzaguant de l’histoire à la géographie en passant par la biologie ou encore la littérature, partageant ses émerveillements il nous embarque pour un voyage marin et poétique à la recherche du lien mystérieux qui rattache l’homme à l’océan et à sa biodiversité.
Dans Le Sale Discours ou géographie des déchets pour tenter de distinguer au mieux ce qui est propre de ce qui ne l’est pas, il propose à son public un récit qui parle d’environnement.
Emmanuel Ethis, vice-président du Haut Conseil à l’Education Artistique et Culturelle, interrogera David Wahl sur la place de la culture scientifique dans ces créations artistiques et ensemble ils mettront en évidence ce que l’imagination créatrice provoque dans la formation d’un esprit scientifique.

18h-22h30 : Soirée festive dans la cour du château de la Roche-Jagu

- 18h-22h : DJ set de Wonderbraz
Sous le pseudonyme de Dj Wonderbraz, Yuna Le Braz, mixe, avec maestria, depuis 20 ans, des musiques du monde que l’on n’a pas souvent l’occasion d’écouter. Des musiques à la fois populaires, traditionnelles, anciennes ou actuelles, qu’elle a ramenées de ses voyages ou que des amis d’autres contrées lui ont confiées.

  • Restaurant sur place / buffet dînatoire en fonction du nombre de personnes

- 22h-22h30 : Soirée festive Mapping avec « Raconte-moi en grand La Roche-Jagu » de SCOUAP
Mise en récit et en images d'une histoire créée et racontée en 2021 par les enfants des écoles de Ploëzal et Runan, de la maternelle au CM2 en collaboration avec le vidéoplasticien Stéphane COuapel, alias SCOUAP.
Projection nocturne d'un film de 12 minutes sous forme de mapping géant et sonore sur la façade du château (création sonore de l'artiste Ajax Tow).

 

Samedi 10 septembre : Les rencontres de l’Éducation Artistique et Culturelle – Domaine départemental de la Roche-Jagu

14h-15h : conférence d’Hervé Le Charlès sur « Anima (ex) Musica : entre Arts et Sciences »

15h-17h : visite de l’exposition Anima (ex) Musica au château de la Roche-Jagu en compagnie des artistes créateurs du projet

Le Domaine de la Roche-Jagu ouvre ses portes au bestiaire utopique du collectif d’artistes Tout reste à faire associant Mathieu Desailly (designer, graphiste), Vincent Gadras (scénographe, constructeur) et David Chalmin (compositeur, producteur). Le trio présente ses impressionnantes sculptures d'insectes animées et sonores, réalisées à partir d'instruments de musique hors d'usage auxquels les artistes offrent une seconde vie. Les créations, qui se déploient dans les vastes espaces du château, murmurent et chantent générant un discret bruit de fond qui peut s’apparenter à la rumeur d'une forêt ou d'une jungle. Monde des insectes et monde imaginaire, créativité de la nature et ingéniosité humaine, science, musique et arts plastiques se rejoignent pour offrir un dépaysement poétique.

 

Dimanche 11 septembre : Les rencontres de l’Éducation Artistique et Culturelle – Domaine départemental de la Roche-Jagu

17h : Concert de Siian tous publics “Et les oiseaux” coproduit par l’Abbaye de Beauport, le Théâtre du Champ au Roy et le Centre culturel La Sirène

Pendant toute une année, Géraldine Le Boulch a arpenté le domaine de l'Abbaye de Beauport et enregistré les chants des oiseaux qui habitent cet espace du Conservatoire National du Littoral. Ces chants, cris, appels, ont été pour siiAn la colonne vertébrale d'un dialogue musical où se croisent, au fil des saisons, oiseaux migrateurs et sédentaires, oiseaux de rivages et de forêt, songes et réveils intenses. Un cheminement émerveillé vers l'aube, le monde sauvage, la traversée des grands espaces.

 

Posté le 08/06/2022 par Nicolas PERRIGAULT